top of page

SUV - Saisons Utopiques des Vivantes

La Maison de l’Écologie, l’Université Populaire de Lyon et le Théâtre du Bruit s’associent pour proposer un cycle d'événements mensuels.
 

Une fois par mois, à partir d’une thématique de société donnée, les SUV proposent une expérience singulière. A partir d’une proposition artistique, et d’une réflexion partagée, les SUV déploient un espace de transmission de savoirs (empiriques, universitaires, etc..) et un espace de débat inclusif.

affiche-vert (6).jpg

Chaque SUV comprend

 

  • une conférence-débat en présence d’un•e ou plusieur•es expert•es d’un domaine donné, pour contribuer à élucider le réel, aider à comprendre et conjurer la dystopie qui nous pousse dans le gouffre, et penser, modeler des futurs plus justes et vivables.

  • une proposition artistique pour s'émouvoir, douter, s'indigner, s'inspirer.

  • des temps conviviaux qui favorisent le lien surtout, germe de résistances plurielles et enthousiasmantes.

ÉPISODE III : TOTAL BULLSHIT ! 

jeudi 20 juin 2024

19h-19h30 : accueil et papote autour du bar

19h30-20h : conférence "Novlangue & post-vérité" avec Sebastian Dieguez

20h20-20h50 : questions & débat
21h-22h15 : concert "La consolation des violettes" par Rien Virgule

Entrée libre et bar à prix libre !

SUV III-10.png

SEBASTIAN DIEGUEZ

Sebastian Dieguez explore comment le cerveau humain peut être trompé et influencé, mettant en lumière les mécanismes qui favorisent la propagation des fausses croyances et des idées complotistes, souvent exacerbées par les réseaux sociaux, les médias et les crises sociopolitiques.

 

Docteur en neuroscience, chercheur et enseignant à l'Université suisse de Fribourg, il est formé comme neuropsychologue clinicien, et s'est spécialisé dans l'étude des troubles neurocognitifs avant de se tourner vers les processus de formation de croyance et le complotisme en particulier. Dans cette présentation, il évoquera comment le langage peut altérer notre rapport à la vérité, notamment à travers les notions de bullshit et de croivance. Il Publie : "Total Bullshit : au cœur de la post-vérité" puis "Le Complotisme; cognition, culture, société"  et plus récemment : "Croiver: pourquoi les croyances ne sont pas ce que l'on croit" 

SUV III-9 (1).png
SUV III-9.png

ÉPISODE II : DEVENIR ÉCOFÉMINISTE

vendredi 24 mai 2024

19h30-20h : accueil immersif par Lundy Grandpré
20h-20h30: performance " Crachin, introduction à l’écosexualité"
20h40-21h20 : conférence "Être écoféministe: théories et pratiques" avec Jeanne Burgart Goutal
21h30-22h : échange & débat

22h-23h : papote autour du bar

Entrée libre et bar à prix libre !

SUV I-3.png

JEANNE BURGART GOUTAL

Philosophe et historienne, Elle mène depuis près de dix ans une recherche sur l’écoféminisme, mêlant approches théorique et vécue, d’abord à travers les livres puis à la rencontre de personnes et collectifs qui tentent de donner corps aux idéaux écoféministes, de Paris au nord de l’Inde en passant par les Cévennes. Elle est l'autrice de l'essai Être écoféministe. Théories et pratiques, et du roman graphique ReSisters.

71W8zM8FScL_edited.jpg
Etre-Ecofeministe_edited.jpg
SUV I-5 (1).png

CRACHIN, INTRODUCTION À L’ÉCOSEXUALITÉ 

Les esprits plongés dans le brouillard d’un futur brûlant, les corps rêvent qu’un crachin dépose sur leur peau des gouttes semblable à une sueur rafraichissante. Deux performeureuses aux culottes trempées et aux idées givrées vous invitent à plonger dans la moiteur du mouvement Ecosex.

Laissez-vous surprendre par l’orage, adorez l’averse qui caresse les épidermes, chérissez vos fluides !
Laissez-vous tenter par la joie du gluant, du mou et du flasque. Le plaisir et la jouissance du doute. L’enfer enivrant de votre propre impuissance.


Restez aux aguets, tout arrive.

LUNDY GRANDPRÉ

Lundy Grandpré est une entité artistique née de la rencontre entre la danse : le corps comme outil de lutte, et le design d’espace : ouvrir les frontières et les imaginaires. Akène Lenoir est danseur interprète formé au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Lyon. Lucile Genin est designeuse formée à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Lyon. 

Au départ de la collaboration, il y a une affinité particulière pour les questionnements liés au genre. Il y a le désir commun de faire de la création artistique un outil de déconstruction des stéréotypes, de questionnement du politique et du subversif. Il y a l’envie de construire une aventure collective qui interpelle sur les rapports de domination qui nous façonnent. Il y a surtout un intérêt partagé pour le corps, ses limites, ses constructions qui oppriment, oppressent et façonnent profondément.

En partant à la rencontre du mouvement Ecosex, iels s’amusent à repenser notre rapport au Vivant tout en questionnant nos pratiques culturelles à l’aune des catastrophes climatiques. Partant de la réflexion écoféministe qui met en corrélation les oppressions subies par les femmes à celle que l’humain exerce sur la planète, le duo propose des oeuvres intersectionnelles explorant les liens entre mécanismes de domination, politique, et relation intime. Le travail est engagé, physiquement engageant, mais les sujets sont traités avec humour et l’envie d’ouvrir l’accès à l’art au plus grand nombre. Les projets de Lundy Grandpré sont multi-médiums, utilisant la chorégraphie, la performance, la permaculture, la sérigraphie, la naturopathie… L’objectif est d’ouvrir des espaces de parole réjouissants qui subvertissent l’ordre établi afin d’entrainer des moments participatifs d’échanges.

ÉPISODE I : LES UTOPIES CONTRE L’ANTHROPOCÈNE

samedi 27 avril 2024

19h-19h20 : accueil 
19h20-20h15: spectacle "Faust Supernova"
20h30-22h: conférence-débat "Histoire globale des utopies" avec Laurent Testot

Entrée libre et bar à prix libre !

SUV I-14.jpeg

SYNOPSIS

1723. Alors que Vivaldi vient de composer ses Quatre Saisons, Faust, l'éminent astrophysicien, est désespéré. Il va mourir de vieillesse, au seuil des grandes découvertes des Lumières. A moins que ?Un pacte diabolique est scellé, lui laissant un sursis de 300 ans, et l'accès aux innombrables ressources fossiles, en échange de son âme. Commence alors pour Faust, de révolutions industrielles en bouleversements mondiaux, une conquête du monde et de l'espace, une cavalcade après l'énergie, le progrès, la jouissance, et le temps, toujours. Humain se sentant devenir Dieu, incarnation de notre société affamée, que restera-t-il de Faust à la clôture de son pacte, en 2023 

NOTE D'INTENTION

Faust est une figure mythique qui traverse le temps, et qui, par le biais d'un autre prisme, nous permet de le suivre comme une incarnation de l'Anthropocène, dans laquelle se catalyse les enjeux majeurs du XXIe siècle. C'est d'abord un homme blanc, européen, chrétien, insatisfait de sa condition et avide de la dépasser, porteur d'une "mission civilisatrice", devenu jouisseur, et acquérant la puissance d'un Dieu qui le déconnecte du terrestre. C'est un scientifique, ici astrophysicien, issu de la séparation culture-nature et du mécanisme. Tournant philosophique du XVIIe siècle, l'explication logique et mécanique des phénomènes naturelles, pour permettre de les maîtriser et les dominer.

C'est aussi un pacte, ici reformulé : un délai de 300 ans, qui nous permet de plonger dans les révolutions industrielles, et la mutation exponentielle d'un monde qui s'uniformise sous une pensée, celle de Faust. C'est enfin une damnation : Notre Faust ne va pas en enfer. Dans sa quête frénétique et son déni, il le créé directement sur Terre, par des conditions de plus en plus inhabitables, une vision totalisante d'une humanité, et une extinction de masse du vivant, qu'il emporte dans sa destinée. Et revenant à son point de départ : l'insastifaction et la frustration exacerbées. En tire-t-il une ultime leçon ?

C'EST UNE HISTOIRE...

  • De domination : Construite sur les trois piliers du militaire, du marchand et du religieux, les figures de pouvoir sont en quête perpétuelle de ressources pour le garder. Les 300 dernières années ont donné une folle ampleur à ce phénomène. Notre Faust n'aura de cesse de s'appuyer sur cette trinité pour assouvir sa quête de déification, et de puissance.

  • De l'énergie : Comme tout organisme sur Terre et dans l'Univers, l'humanité est en quête d'énergie. L'Anthropocène, c'est avant tout une quête exponentielle de la captation des énergies et du déploiement de leur puissance, devenue débridés avec le charbon, le pétrole, l'électricité, le nucléaire. A masse égale, un être humain dissipe aujourd'hui 10.000 fois plus d'énergie qu'une étoile telle que le soleil.

  • D'astronomie et de solitude : dans ce seul-en-scène, Faust est fasciné par l'espace comme un paradis à conquérir. Il va tenter de maîtriser l'infiniment grand et petit, et se défaire du vivant qui l'entrave. Pour cette question obsédante : l'Homme est-il seul dans l'Univers? Et finira-t-il seul ? Tel une super-nova, Faust implosera t-il ?

  • Cyclique et musicale : Faust est une puissante source d'inspiration pour la musique et les opéras. Comme Vivaldi, recomposé par Max Richter, notre Faust est répartie en quatre saisons de l'Anthropocène, comme l'avènement et la clôture d'une époque. Après l'hiver mortel, vers quel printemps se destine l'humanité?

SUV I-2 (7).jpeg

LAURENT TESTOT

Journaliste scientifique Spécialiste de l'approche historique globale, et plus spécialement de l'interaction de l'homme avec la planète sur le temps long, il est l'auteur de l'essai "Cataclysmes. Une histoire environnementale de l'humanité" qui a reçu le prix de l'Académie française. Il y retrace l'histoire de l'humanité sur terre depuis son origine il y a trois millions d'années. Grâce à ses recherches en histoire globale, il parvient à mettre en avant les interactions de l'homme avec la nature. Il montre, à l'aide d'anecdotes et d'évènements fondamentaux, comment l'homme a modifié son environnement et comment celui-ci a transformé l'homme en retour. Faisant appel à des domaines aussi variés que l'histoire, l'anthropologie, l'ethnologie et la géographie, « il relate l'expansion de l'humanité sous le prisme des changements environnementaux ». Il pointe ainsi des problématiques environnementales complexes qui, selon lui, sont susceptibles de mettre en péril l'espèce humaine avant la fin de ce siècle. L'ouvrage est sous-tendu par une idée phare : l'homme, depuis toujours, a livré une guerre sans merci à la planète.

bottom of page